Historique

9 novembre 2014

L'hydroélectricité a été inventée par des noms prestigieux comme James Bichens Francis, Amable Matussière et Aristide Bergès.

Ces 2 derniers, papetiers de renoms, s'installèrent dans les années 1850-1860, à Domène (centrale de Pia) et à Lancey (centrale de la Combe) en Isère.

Pour faire fonctionner leurs usines de pâte à papier, ils mirent au point une turbine de 500 chevaux fonctionnant sous 200 m de chute. Quelques années plus tard, en 1882, Mr Bergès augmenta la chute de la Combe à 480 m pour obtenir une puissance de 1200 chevaux.

La houille blanche était née...

Envinergy est très fière d'avoir cédée en 2016 et 2018 ces 2 centrales hydroélectriques mythiques construites entre 1867 et 1869.

En ajoutant la cession des projets "Canodor" et "Pelton", Envinergy a cédé 13 centrales historiques situées de part et d'autre du massif de Belledonne (centrales de Pia, les Eaux, Pré du fourneau, Boussant, La Combe, Vorz construite en 1890, Tencin 1916, Haut Laval 1921, Prémoinet 1916, Riondet datant de 1904, Pinsot 1909, Haut Veyton et Allevard produisant à elle seule 65 GWh/an). Il s'agit de toutes les anciennes centrales des Papeteries de Lancey (par la suite HBB Houille Blanche de Belledonne présidée par Frank Adisson) et celles d'Ascométal à Allevard. La majorité de ce parc est dorénavant dans les mains d'un seul acteur, le groupement d'ELD Hydrocop.

Quelques pépites figurent dans ce lot, notamment les 2 centrales avec lac de:

- Pré du Fourneau disposant d'une hauteur de chute de 835 m sous le lac du Crozet, puissance brute 3 MW

- Haut Veyton, avec ses 893 m de chute pour une puissance brute de 13 MW

Parmis les centrales françaises historiques, figure également la centrale de St Firmin située sur la Séveraisse dans les Hautes Alpes et mise en service en 1902.

Cette centrale faisait partie des 4 de la concession de la Séveraisse (anciennement détenues par EDF), et vendues par Envinergy fin 2018.

La plus puissante des 4 est celle de St Maurice, avec ses 120 m de chute pour quasiment 12 MW bruts.

Le musée de la houille blanche, fermé depuis de nombreuses années, a réouvert ses portes le 10 juin 2011 pour rendre hommage à Aristide Bergès.

En 1889, la ville de Grenoble s'est dotée d'une centrale d'éclairage installée sur un canal de dérivation du Drac et renforcée par des groupes thermiques. 

Des grands noms de l'hydroélectricité ont alors participé à l'essor formidable de ce secteur:

- Bouchayer Viallet, fabricant de conduites forcées anciennement basé à Grenoble

- Neyrpic (Neyret, Bélier, Picard, Pictet), turbinier mondialement connu

- Camille Dumont, turbinier basé à Pont de St Uze dans la Drôme, grand spécialiste des micro turbines qui ont équipées beaucoup de moulins avec principalement des turbines Francis

- Bouvier Hydro qui appartient maintenant au groupe Andritz

- Escher Wyss, turbinier fondé en 1805 par Hans Caspar Escher (Wyss étant le patronyme du banquier Salomon Wyss qui apporta son assistance juridique à l'entreprise naissante au début du XIXème siècle)

- Viktor Kaplan, autrichien qui inventa la turbine éponyme qui fut installée pour la première fois en 1919 en Autriche

- Lester Allan Pelton qui inventa la turbine Pelton en 1879

 

Bibliographie: Nous vous conseillons les ouvrages suivants

- La Fée et la marmite, électricité et électrométallurgie dans les Alpes du Nord - Auteur Denis Varaschin

- Histoire de l'énergie hydraulique, de Pierre Louis Viollet, édition "Presses des Ponts et Chaussées"

- Cathédrales électriques, de Messieurs Ménégoz et Lyon-Caen, musée dauphinois

- Les petites centrales hydroélectriques, conception et calcul - Auteur D. Le Gouriérès

- Energies d'autrefois par Benoît Dufournier

- Puissance Hydro, le magazine de l'hydroélectricité

- De l'eau à la lumière : un siècle d'énergie hydroélectrique en France - Auteur Pierre CRAUSSE et François VIEILLEFOSSE, Edition Loubatières